La recette secrète du CV anglais


    🕒 Lecture 4 minutes

    Le CV, ou Curriculum Vitae, fait partie intégrante de la candidature. Véritable reflet du candidat, le recruteur met environ 6 secondes pour se faire une idée (source : The Ladders). Selon les pays, les formats varient. Les coachs de MyInternshipAbroad vous livrent leurs meilleurs conseils afin de rédiger un CV anglophone parfait qui séduira les entreprises.

    La structure en 7 étapes

    Tout d’abord, il vaut mieux suivre la structure classique d’un CV anglophone.

    Etape 1 : Personal data

    C’est ici que vous indiquerez votre identité et que vous vous présenterez brièvement. Préférez la simplicité avec seulement votre nom, prénom, date de naissance et adresses de contact. Les réseaux sociaux sont à bannir si vous ne comptez pas travailler dans le Community Management.

    Etape 2 : Career Planning

    Votre objectif professionnel doit tenir en deux ou trois phrases. Il s’agit d’une accroche qui présente vos qualités par rapport au poste convoité. Vendez du rêve !

    Etape 3 : Work experiences

    Mettez en avant vos expériences professionnelles en prenant soin de détailler ce que vous avez fait. Quels étaient vos objectifs ? Avez-vous utilisé des outils, des stratégies complexes ? Quels ont été vos résultats ? Les recruteurs anglo-saxons sont très pragmatiques alors n’oubliez pas de mentionner quelques chiffres. Si vous êtes jeune diplômé et n’avez jamais eu l’occasion de travailler, pensez à votre service civique, à vos projets personnels et scolaire ou à vos actions au sein d’associations par exemple. Insérez tout ce qui peut vous mettre en valeur.

    Etape 4 : Education

    Les formations universitaires sont mises à l’honneur. Gardez à l’esprit que nos cursus ne sont pas les mêmes à l’étranger, il est donc essentiel d’ajouter une petite description qui explique brièvement le contenu des formations. Ne vous faites pas avoir en recopiant les traductions trouvées sur internet, car elles dépendent du pays concerné. La licence ne s’effectue pas de la même manière en Angleterre ou aux Etats-Unis. Vous pouvez mentionner la durée des études (BTS ou DUT : two-years university degree par exemple).

    Etape 5 : Professional skills

    Il s’agit ici de mettre en lumière vos compétences professionnelles qui gravitent autour de votre spécialité. Vous maîtrisez des logiciels informatiques ? Placez-les ici ! On a tendance à mettre en avant les compétences spécifiques au secteur ainsi que les langues maîtrisées dans cette rubrique.

    Etape 6 : Miscellaneous

    Il s’agit du « divers ». Dévoilez au grand jour votre personnalité. Par le biais de vos loisirs et vos centres d’intérêt, vous montrez que vous êtes quelqu’un d’unique. Evitez donc les banalités comme la lecture, la musique ou le cinéma si vous n’avez pas de passion pour un sujet en particulier.

    Etape 7 : References

    Les recruteurs anglais apprécient que les candidats fournissent deux ou trois personnes à contacter pour en apprendre un peu plus sur leur profil. Si vous ne souhaitez pas indiquer de coordonnées, n’hésitez pas à écrire « references available upon request » qui signifie disponible sur demandeVous pouvez néanmoins négliger cette partie si vous ne postuler pas dans un pays anglo-saxon.

    Nos conseils de rédaction

    Maintenant que vous avez vos grandes catégories, nos coachs vous fournissent leurs recommandations pour correctement rédiger et effectuer la mise en page.

    Les informations personnelles

    Aucun recruteur ne s’attardera sur votre date de naissance, votre adresse postale ou encore votre situation familiale. Il vaut mieux caler ça dans un coin de votre page et ne pas trop exagérer sur les polices d’écriture. Aérez votre CV au maximum. En revanche, les CV de certains pays comme la Nouvelle-Zélande sont plus complets, et dans ce cas, il n’est pas surprenant de se retrouver avec 2 ou 3 pages.

    Anglais britannique, anglais américain

    Un piège dans lequel on risque de tomber même en étant prévenu. La différence dans ces deux langues est difficile à percevoir quand il ne s’agit pas de notre langue natal. C’est pourquoi nous vous conseillons de faire corriger votre CV par une personne qui est capable de faire la distinction. À défaut, il existe le dernier recours nommé Wikipedia…

    La photo

    Les recruteurs anglo-saxons sont très vigilants sur ce point. Pour éviter la discrimination, il ne vaut mieux pas ajouter de photo. Toutefois, cet élément peut vous apporter un petit plus par rapport à ceux qui n’en ont pas (quand celui-ci est bien réalisé). La photo a également un impact non négligeable sur la mémorisation.

    Les expériences

    Les responsables des ressources humaines cherchent avant tout de l’engagement. Ils attachent une grande importance à vos expériences professionnelles (work experience) que vous détaillerez avec des verbes d’action. Il existe différents types de verbes, mais sans rentrer dans le détail, faites attention à utiliser “négocier” à la place de “participer à une négociation” par exemple pour être plus précis sur vos savoir-faire.

    Les activités annexes

    Les « hobbies » englobent aussi bien les sports, les associations auxquelles vous adhérez, les petits job, etc. Encore une fois, mettez en avant les actions menées et les résultats obtenus. Il faut mettre l’accent sur des exemples concrets qui témoigneront ensuite de vos qualités personnels et prédispositions en entreprise.

    Tips de coach

    En complément de ces précieuses astuces, nos coachs vous livrent leurs meilleurs astuces pour que votre CV soit optimal vis-à-vis des attentes des recruteurs étrangers.

    Les mots-clés

    L’utilisation de mots clés est fondamentale pour faire ressortir sa personnalité. Le but est de montrer que vos points forts et vos traits de caractère fusionnent avec l’entreprise à qui le CV est destiné. Employez les termes de l’offre à laquelle vous postulez ainsi que les mots clés de votre secteur d’activité. Montrez que vous êtes réellement impliqué avec cette candidature.

    L’équivalence des écoles

    Dans cette logique, il vaut mieux mettre en gras des notions importantes plutôt que le nom de votre école. Peu importe les établissements français, même les plus prestigieux, les recruteurs internationaux ne les connaîtront sûrement pas. Portez plus d’importance sur votre secteur d’activité.

    Comme nous l’avons mentionné plus haut, il est important de traduire les diplômes en fonction du pays dans lequel vous postuler. S’il n’y a pas d’équivalence, précisez en priorité le nombre d’années minimum nécessaire à l’obtention de ce diplôme (donc ne comptez pas vos redoublements) et misez beaucoup sur les compétences que vous avez obtenu.

    Des exemples de CV

    Les coachs peuvent vous fournir des exemples de CV en anglais. C’est toujours plus facile de se faire une vraie idée de ce qui est attendu lorsque ce dernier est visuel. Vous pourrez vous en inspirer afin de ne rien oublier et de coller parfaitement aux attentes.

    Le fond et la forme sont donc à soigner pour réussir un CV anglophone. Ces conseils sont applicables pour toutes les offres d’emploi et peuvent vous être utiles toute votre vie. En les suivant, vous aiguillerez le recruteur qui cernera votre personnalité et vous rangera directement sur la pile des « oui ».  Prêt à décrocher votre stage à l’étranger ?