La réglementation du stagiaire à l’étranger


    🕒 Lecture 4 minutes

    La réglementation du stagiaire à l’étranger se compose en divers droits et devoirs. On ne le redira jamais assez, mais avoir une expérience à l’étranger constitue un atout de taille pour ton CV. De plus en plus d’étudiants en ont compris l’enjeu et se laissent tenter par des stages à l’étranger. Ceux ayant effectué un séjour dans un pays anglophone, dans le cadre de leur stage conventionné ou de leurs études par exemple, ont plus de chance de s’en sortir dans la vie active.

    Ainsi, un chiffre change toute la donne : 2,9. C’est le nombre de mois qu’un étudiant à besoin pour trouver un emploi s’il possède une expérience à l’étranger. Contre 4,6 mois en moyenne pour les autres étudiants. Tu sais ce qu’il te reste à faire ? Passons en revue la réglementation de stage qui s’applique pour tous les étudiants qui souhaiteraient faire leur stage à l’étranger.

    La rémunération d’un stage conventionné

    Que tu partes en stage aux USA, en Europe ou encore en Asie, la rémunération d’un stage en entreprise sera différente. Aussi, ne t’étonnes pas en remarquant plusieurs offres de stage non rémunérées. En France, un stagiaire qui excède 7 semaines consécutives au sein d’une entreprise doit percevoir une gratification de stage. Néanmoins les autres pays ne mentionnent pas obligatoirement la même chose. Ces offres ne sont donc ni illégales, ni rares sur le marché de l’emploi.

    Les offres de stage non rémunérées se déroulent généralement sur des périodes courtes (2-3 mois), pour tous niveaux d’études. Aujourd’hui, si l’on peut encore postuler à de telles offres, leur présence tend à se réduire. Notamment, dans les pays développés comme les USA ou le Canada, où elles étaient majoritaires. Dorénavant, on s’aperçoit que les stage en entreprise plus longs offrent une gratification plus juste au sein du pays anglophone. Aux USA par exemple, certains états imposent un salaire minimum que chaque entreprise choisit de respecter ou d’augmenter. On n’applique donc pas vraiment de réglementation en ce qui concerne la rémunération.

    En fonction du niveau d’études de l’étudiant, mais aussi du secteur d’activité de l’entreprise, la rémunération ne sera pas la même non plus. Cette dernière peut parfois même tripler en fonction de l’organisme. Sache que les grosses entreprises (notamment dans les pays en voie de développement) recherchent généralement des étudiants pour occuper un poste à responsabilité avec des missions variées. Celles-ci disposent souvent d’indemnités très correctes. Ainsi les salaires moyens, en fonction des études, varient fortement d’un niveau à un autre selon la grille de salaire des grosses entreprises. Soit environ 400€/mois pour un BAC + 2, jusqu’à plus de 1000€/mois pour un BAC + 4 ou plus.

    La durée du stage à l’étranger

    Avant la signature du contrat de stage, vérifie bien que les modalités du stage en entreprise soient bien définies dans ta convention de stage. Spécifie noir sur blanc les jours, la durée ainsi que tes horaires hebdomadaires pour éviter de mauvaises surprises. Ces informations te serviront aussi d’appui en cas de non respect de ces dernières.

    Si en France, un stagiaire ne travaille généralement pas les jours fériés, ni le dimanche, la législation du pays d’accueil peut-être toute autre, et tu seras aussi susceptible de travailler plus d’heures que prévoit un contrat de stage en France. Dans tous les cas, il faut s’adapter pour que tout le monde soit d’accord avec les principes mis en vigueur.

    La protection sociale à l’étranger

    Sache que si ton organisme d’accueil est implanté hors de la France, le droit du pays s’applique. Si, en revanche, le siège de l’organisme qui t’accueille s’avère être en France, c’est le droit français qui va s’appliquer. De même qu’une institution française à l’étranger permettra de bénéficier du droit français.

    En ce qui concerne maintenant ton assurance à l’étranger, sache qu’il est obligatoire d’avoir déjà souscris à une assurance responsabilité civile dès lors que tu signes ta convention de stage. Une attestation te sera alors demandée par ton école. Certaines assurances comme Chapka te proposent plusieurs services comme la responsabilité civile, l’assistance rapatriement, ou encore une assistance juridique, en parallèle à d’autres garanties essentielles pour les étudiants souhaitant s’expatrier à l’étranger.

    Si tu es en stage dans un pays membre de l’Union européenne, tu bénéficies déjà d’une couverture sociale grâce à ta carte européenne d’assurance maladie, valable 1 an. Elle prend en charge toutes tes dépenses de santé. Selon le pays d’accueil, elle permet de ne pas avancer certains frais médicaux. De plus, tu peux obtenir des remboursements par certains organismes de sécurité sociale.

    Si tu ne sais pas trop quelle assurance prendre pendant ta recherche de stage à l’étranger, sache que de nombreux organismes existent. Prends le temps de les comparer, de demander des devis et de sélectionner la formule qui te donnera le plus d’avantages.

    Les aides étudiantes

    Durant ton séjour en tant que stagiaire, tu ne seras pas mis de côté ! Si tu choisis de rejoindre une entreprise avec une offre rémunérée, la réglementation exigent que plusieurs aides soient mises à disposition. Des organismes en France distribuent ces aides avec des montants plus ou moins importants selon ta situation, ta région… Certaines d’entre elles peuvent se cumuler en fonction de ton éligibilité. N’hésite pas à te renseigner et faire les démarches nécessaires pour en bénéficier. Une aide ne se refuse jamais surtout lorsqu’on possède le statut d’étudiant.

    Tu en sais désormais un peu plus sur tout ce à quoi tu as droit. Désormais, rien ne t’empêchera de réussir ton stage à l’étranger !