Stage à l’étranger : la convention est-elle obligatoire ?


    🕒 Lecture 4 minutes

    Beaucoup pensent que pour partir en stage à l’étranger, il faut obligatoirement être étudiant et par conséquent obtenir une convention de stage. Cependant, cette allégation est en réalité fausse. Beaucoup de jeunes diplômés se retrouvent dans une situation complexe car pour accéder à un emploi, il est très souvent nécessaire de commencer par un stage. Mais une fois que l’on a quitté les bancs de l’école, il n’y a plus moyen d’obtenir une convention. Comment faire alors pour partir en stage à l’étranger sans convention ?

    Le stage en France VS le stage à l’étranger, différentes législations

    Pour tous les stages en entreprises en France, la convention est un document obligatoire qui est signé par les trois parties : l’école, l’entreprise et enfin par vous-même.

    Le stage en France

    En France, les stages sont très légiférés ! Si vous voulez y faire un stage, la convention est requise. Ce document est indispensable. Il va engendrer plusieurs règles :

    • Concernant la rémunération : Si votre stage est inférieur à deux mois, le salaire est facultatif. Elle doit par conséquent se négocier directement avec l’employeur. En revanche, pour une durée supérieure à deux mois, la gratification devient obligatoire. Ce montant, qui figure dans la convention doit s’élever à 3.90€ minimum par heure depuis janvier 2020. Pour un travail de 35h par semaine, cela correspond à environ 560 euros le mois.
    • Concernant la durée du stage : En France, un stage ne peut pas dépasser une durée de 6 mois par année d’enseignement (sauf éventuelles dérogations). En cas de stage réalisé par périodes fractionnées, sa durée ne devra pas dépasser les 924 heures sur une année.
    • Concernant les heures travaillées par semaine : Le stagiaire ne doit pas dépasser 35h hebdomadaires et 10h par jour. Il doit également avoir le même temps de repos que tout autre salarié c’est à dire 11 heures consécutives quotidiennes et 35 heures consécutives hebdomadaires. Si le stage requiert un travail de nuit, un dimanche ou un jour férié, cela devra être mentionné dans la convention de stage.

    Comme vous pouvez le constater, la législation du stage en France est très stricte. Aussi, il ne sera pas possible pour vous de faire un stage si vous n’êtes plus étudiant car vous serez dans l’incapacité de fournir une convention de stage. Néanmoins, pour les stages à l’étranger c’est différent.

    Le stage à l’étranger, une expérience accessible à tous

    Réglementation des stages à l’étranger

    A l’étranger, la législation des stages est beaucoup moins stricte qu’en France ! La convention de stage n’est notamment pas demandée lors d’un stage à l’étranger ! Par conséquent, un jeune diplômé peut, si il le souhaite, effectuer un stage à l’étranger !

    • Concernant la rémunération : Contrairement à ce que beaucoup pensent, il n’y a aucune obligation pour une entreprise étrangère de rémunérer son stagiaire ! Les offres non rémunérées que tu peux voir sur le marché international ne sont par conséquent pas illégales. La gratification éventuelle du stagiaire est soumise à l’appréciation de l’organisme d’accueil quelle que soit la durée du stage. En revanche, pour une entreprise française implantée à l’étranger, c’est le droit français qui s’applique !

    Si vous faites par exemple un stage chez la marque L’Oréal à Singapour, cette entreprise est française et donc vous devrez fournir une convention et obtenir une rémunération si le stage est supérieur à 2 mois.

    • Concernant la durée du stage : Il n’y a pas de durée maximale lors d’un stage à l’étranger. Aussi, l’entreprise pourra aussi bien vous prendre en stage 6 mois ou un an. De plus, si en France le stagiaire ne travaille pas les dimanches et les jours fériés, il faut savoir que la charte pourra être différente selon les pays.
    Les stages à l'étranger sont-ils rémunérés ?
    Renseignez -vous sur la rémunération auprès de votre futur tuteur de stage
    • Concernant les heures travaillées par semaine : Il n’y a pas de législation particulière concernant le nombre d’heures de travail hebdomadaires. Aussi, vous pourrez être amené à travailler plus d’heures qu’en France.
    • Concernant la protection sociale à l’étranger : Sauf si vous faites votre stage dans un pays de l’Union Européenne (auquel cas vous bénéficierez déjà d’une couverture sociale grâce à la carte européenne d’assurance maladie), il est fortement conseillé de souscrire à une assurance. Bon plan pour vous, nous avons mis en place un partenariat avec Chapka Assurances qui vous permettra de bénéficier de 5% de remise pour toute inscription ! Si vous désirez en savoir plus et comparer les prix, cet article pourra vous intéresser !

    Cet encadrement moins strict du stage à l’étranger peut faire peur au premier abord, cependant, il faut garder à l’esprit qu’une expérience à l’étranger est toujours très valorisée sur un CV ! Véritable investissement pour l’avenir, certaines offres pourront également vous permettre de faire des économies car vous pourrez  le constater, elles peuvent également être très bien rémunérées. Alors étudiant ou non, vous savez désormais que vous pouvez vous lancer dans l’aventure du stage à l’étranger.

    Sinon, pour trouver le stage de vos rêves, il y a mieux que Google ! Venez consulter toutes nos offres pour des destinations aux quatre coins du monde.