Comment décrocher un contrat VIE ?


    Après leurs études, des jeunes prennent le pari de démarrer une carrière à l’international. Depuis sa création au tout début des années 2000, près de 73 000 jeunes diplômés sont partis à l’étranger à l’aide d’un Volontariat International en Entreprise. Comment obtenir le contrat VIE qui fera la différence sur votre CV ? Réponses.

    Volontariat International en Entreprise : un emploi à l’étranger

    Quand on entend parler de volontariat, on imagine souvent une expérience de bénévolat ou une mission d’humanitaire effectuée dans un pays en développement. Le Volontariat International en Entreprise, communément appelé le V.I.E., se distingue pourtant bel et bien du bénévolat. Loin des idées reçues, c’est d’abord un emploi à part entière réalisé aux quatre coins du globe. Un volontaire international est un candidat recruté par une entreprise française pour travailler à l’étranger dans le cadre d’une mission d’au moins deux-cent jours. Souvent adressé aux jeunes sur-diplômés, le V.I.E. est soit réalisé dans le groupe français basé à l’étranger, soit dans l’une de ses filiales.

    Le V.I.E. en bref :

    1. Une expérience professionnelle à l’étranger dans une entreprise française.
    2. Une mission allant de 6 à 24 mois renouvelable une fois pour deux ans maximum.
    3. Un poste à responsabilité de cadre ingénieur, technique ou commercial.
    4. Une rémunération fixe de 723,99 euros ajoutée à une part variable conséquente.

    Découvrez nos offres de Volontariat International en Entreprise partout dans le monde.

    Comment obtenir un volontariat international ?

    La surreprésentation de jeunes diplômés dans les contrats en fait un secteur concurrentiel. Pour autant, on dénombre près de 10 000 volontaires qui s’engagent chaque année vers des postes – souvent à responsabilité – à l’international. Le succès du programme tient notamment de son caractère hautement rémunérateur.

    Un salaire mensuel lucratif

    Le Volontariat International en Entreprise se distingue du stage à l’étranger par l’indemnité mensuelle proposé aux volontaires. Une part fixe et une part variable composent le salaire. La première est décidée par décret et peut donc être régulièrement modifiée. En juillet 2018, la rémunération fixe était établie à près de 723,99 euros. La part variable dépend en grande partie de l’éloignement de la destination et du coût de la vie sur place. Certaines destinations peuvent donc offrir une rémunération juteuse loin des salaires pratiqués en France. C’est notamment le cas de certains pays africains dont le contrat VIE peut rapporter plus de 4 000 euros mensuels sur la fiche de paie. Si la partie fixe est versée par l’Etat, le quota modulable est pris en charge par l’entreprise qui bénéficie d’exonération des charges sociales et d’aides de collectivités territoriales.

    Les conditions pour décrocher un V.I.E.

    Tous les jeunes diplômés ne peuvent pas réaliser une expérience professionnelle à l’international à travers le V.I.E. Les candidats doivent remplir des formalités très précises pour se rendre éligibles :

    • Avoir entre 18 et 28 ans.
    • Être de nationalité française ou européenne.
    • Avoir rempli les conditions exigées par le service national comme la Journée Défense et Citoyenneté (anciennement appelée la JAPD).
    • Justifier d’un casier judiciaire vierge de toute infraction ou délit.

    Contrairement aux administrations, les entreprises fonctionnent essentiellement avec des jeunes bardés de diplômes. En fait, le profil type du volontaire est un jeune homme de plus de 25 ans qui a un niveau d’étude égal au master. En effet, 92% des jeunes qui partent en Volontariat International en Entreprise (V.I.E.) ont décroché un bac+5.

    Se tourner vers un organisme spécialisé

    Comme un emploi ou un stage à l’étranger, le candidat peut consulter des offres de V.I.E. hébergés un peu partout sur la Toile. Les plateformes de Pôle Emploi, l’Apec ou encore Cadremploi proposent des offres aux quatre coins du monde. Tout comme l’agence Business France – qui gère le dispositif V.I.E. – et sa plateforme Civiweb.

    Ne négligez pas non plus la recherche plus que d’actualité sur les réseaux sociaux professionnels comme LinkedIn ou Viadéo. Les entreprises prospectent de plus en plus sur ces canaux de diffusion. Certaines se sont même spécialisées dans la chasse de jeunes talents.

    Bon à savoir : un jeune volontaire sur quatre (25%) qui décroche un contrat VIE l’obtient à la suite d’une candidature spontanée. Quasiment la moitié des volontaires (44%) mettent moins de trois mois pour trouver leur mission.

    Que figure dans un contrat VIE ?

    Il faut savoir que le volontaire international en entreprise dispose d’un lien contractuel particulier qui n’est pas l’équivalent d’un salarié. Le volontaire ne bénéficie pas non plus du statut de stagiaire. En fait, le volontaire signe un contrat de type public avec lequel il est placé sous la tutelle administrative de l’ambassade de France dans le pays d’affectation. Il dispose malgré tout des mêmes avantages qu’un employé, à l’image des 2,5 jours de congés payés mensuels qu’il peut poser. La couverture sociale est intégralement prise en charge. Certaines entreprises proposent même des aides au logement.

    Quels avantages pour le volontaire ?

    Pour un jeune qui se lance dans l’aventure du V.I.E., c’est l’occasion de démarrer une carrière à l’international. Selon la destination qu’il choisit, le volontaire peut approfondir une langue étrangère. Il faut savoir que l’anglais est la langue la plus pratiquée durant les missions. Au bout du contrat VIE, les jeunes peuvent justifier d’une solide expérience à l’international et ainsi augmenter leur employabilité. Pour d’autres, c’est aussi un premier pas vers l’entreprise car près de 9 volontaires sur 10 se voient proposer une embauche à l’issu de leur mission.

    Quels bénéfices pour l’entreprise ?

    Pour une entreprise française – ou l’une de ses filiales – à l’étranger, c’est le moyen d’accroître sa présence économique en dehors des frontières de l’Hexagone. Les recruteurs ont également l’assurance de tomber sur des perles rares diplômés dans des domaines bien spécifiques (finance, mécanique, droit ou encore commerce international). Les sociétés qui ont recours à un V.I.E. peuvent aussi tirer partie d’avantages fiscaux importants comme l’exonération de toutes les charges sociales.