Volontariat International en Entreprise : un tremplin professionnel


    Le Volontariat International en Entreprise (v.i.e) en a déjà séduit plus d’un. Le but est d’acquérir une expérience professionnelle dans un pays étranger et de revenir plus fort sur le marché du travail français.

    Le principe

    La définition

    Le volontaire effectue une mission professionnelle dans une entreprise française basée à l’étranger. L’emploi peut être de n’importe quel type : commercial, technique, scientifique, marketing…

     

    La durée s’étend de 6 à 24 mois selon les recruteurs. Le VIE est renouvelable une seule fois dans la limite des deux ans. Il faut passer au minimum 200 jours par an à l’étranger. Cependant, dans certains pays, comme la Suisse ou les Etats-Unis, il est impossible de rester plus de 18 mois.

     

    Le VIE a été créé en 2000. Sur les plus de 70 000 jeunes déjà partis, plus de la moitié d’entre eux ont reçu des propositions d’embauche à l’issue de leur mission. Selon la présidente du service CIVI, que ce soit en France ou à l’étranger, 92% des volontaires sont en poste 3 mois après la fin de leur VIE.

    Les avantages

    Pour le volontaire :

    • Une opportunité professionnelle à l’étranger
    • Un poste à responsabilité
    • Une progression au sein de l’entreprise
    • Un tremplin pour sa carrière
    • Un salaire net d’impôt, des jours de congés français (2,5 jours par mois) et une mutuelle
    • La découverte de l’emploi à l’étranger

    Pour l’entreprise :

    • Une main d’œuvre qualifiée
    • La possibilité de recruter des talents français

    Les inconvénients

    Ils sont peu nombreux mais on peut peut-être citer :

    • Le salaire, parfois bas suivant les postes car ils sont fixés par un décret
    • Les abus de certaines structures

    Le profil idéal

    Il n’existe pas de candidat idéal pour le Volontariat International en Entreprise. Cependant, la loi stipule des conditions d’accès au programme.

    L’âge

    Les VIE s’adressent à des jeunes de 18 et 28 ans. Au-delà, il est impossible de candidater puisque tu seras considéré comme un salarié.

    Les autres règles

    En plus de l’âge, il faut montrer patte blanche pour prétendre à un Volontariat International en Entreprise. Un casier judiciaire vierge est exigé. Tu dois également avoir participé à la journée défense et citoyenneté. Enfin, tu dois remplir certaines conditions d’aptitudes physiques si elles te sont demandées.

    Les destinations idéales

    Les pays phares

    Les Etats-Unis est le territoire le plus populaire car c’est celui qui concentre le plus de VIE. Toujours selon une étude de Business France, 1 385 personnes ont choisi les USA pour leur VIE. Mais l’Europe n’est pas en reste.

    La Belgique attire plus de 1 355 jeunes. Elle se classe juste après le continent américain. En Allemagne ce ne sont pas moins de 1 015 volontaires qui ont décidés de tenter l’aventure. On continue à la quatrième place avec le Royaume-Uni et ses 873 candidats.

    La Chine et le Canada ont également du succès avec un peu moins de 500 personnes pour la première et 401 pour la seconde.

    Les meilleurs salaires

    Les Etats-Unis

    En plus d’être le pays qui reçoit le plus de volontaires, c’est également celui qui rémunère le mieux. Selon l’Etat dans lequel se situe l’entreprise, le salaire mensuel peut aller de 2 481 euros à 3 529 euros.

    Singapour

    2 783 euros c’est en moyenne le salaire promis par les entreprises françaises implantées à Singapour. Cette deuxième place va ravir les fanatiques de l’Asie.

    La Chine

    Pas besoin de quitter l’Asie pour dénicher le troisième pays qui gratifie le mieux ses candidats. La Chine promet un salaire de 2 400 euros par mois. Si tu pars à Hong Kong, cette somme peut grimper jusqu’à 2 800 euros par mois.

    Le Canada

    C’est dans la partie anglophone du Canada que l’on gagne le mieux sa vie avec 2 217 euros par mois. Pour le côté francophone, tu devras te « contenter » de 1 912 euros mensuels.

    Le Luxembourg

    Premier pays européen à entrer dans le tableau : le Luxembourg. Le salaire mensuel est de 2 021 euros en moyenne.

    L’Allemagne

    Pas si loin de chez nous, l’Allemagne est un bon endroit pour effectuer un VIE. Si tu choisis de t’installer là-bas, tu pourras envisager d’être payé jusqu’à 1 930 euros par mois.

    La Belgique

    La Belgique était seconde au classement des pays qui accueillent le plus de candidats mais se retrouve huitième pour le salaire. Il faut compter 1 788 euros par mois pour un volontariat chez nos confrères belges.

    Les secteurs de prédilection

    En 2016, le Ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères avait diffusé une étude annuelle portant sur les domaines d’activité les plus propices aux VIE. Les dix premiers représentent 72% des missions proposées.

    • La banque : 1238 volontaires soit 18% des VIE
    • La fabrication de véhicules : 853 candidats, soit 13%
    • L’industrie pharmaceutique : 647 jeunes, soit 10%
    • Les services informatiques : 470 VIE, 7% des candidats
    • Les services et conseils aux entreprises : 324 volontaires, soit 5%
    • Les services en tout genre : 323 candidats, 5% aussi
    • Le conseil, l’ingénierie en systèmes informatiques : 275 personnes soit 4%
    • Les travaux publics : 251 volontaires, 4% également
    • Les transports ferroviaires et urbains : 229 volontaires, ce qui équivaut à 3%
    • La construction aéronautique et spatiale : 223 VIE, 3% aussi

    Les entreprises en demande

    En 2017 ce sont plus de 2 549 entreprises qui ont recruté au moins un volontaire durant l’année. La majorité sont des petites ou des moyennes entreprises. Ce sont tout de même les grandes entreprises qui possèdent la plus grande concentration de candidats. Il est plus facile de rentrer dans une multinationale, que dans une start-up à l’étranger.

    La contrainte majeure pour effectuer un Volontariat International en Entreprise réside dans le fait que l’entreprise doit absolument être française. L’établissement doit posséder une ou plusieurs filiales à l’étranger tout en conservant une activité en France.

    Durant ta recherche de VIE, c’est un aspect à prendre en compte pour éviter toute confusion ou contrat bancal. En 2016, c’est la Société Générale qui a été élue plus gros recruteur de VIE.

    Créer son propre VIE

    Il est évidemment possible de se créer son propre VIE. Pour cela il faut démarcher soi-même les entreprises, en envoyant des candidatures spontanées. Parfois, les entreprises ne sont pas au courant que ce programme existe. Pourtant, elles ont tout à gagner en embauchant un volontaire.

    Démarcher les entreprises

    Un recrutement en VIE coûte souvent bien moins cher à l’entreprise qu’un expatrié. Tu peux rassurer les entreprises frileuses en mettant en avant cet argument. Par la suite, un poste peut même être créé. N’hésite pas à te faire porte-parole du projet VIE auprès des entreprises.

    La candidature spontanée

    Un quart des départs en VIE sont issus d’une candidature spontanée. Cible les entreprises françaises qui ont une filiale dans un pays qui t’attire. Pour sortir du lot, tu peux :

    • Adapter ton CV. Selon le pays où tu désires te rendre, envoie un CV qui adopte les codes spécifiques à chacun. Anglais, argentin, chinois… ils ont tous des attentes différentes.
    • Définir son projet professionnel. Avoir une idée concrète de ce que l’on veut faire et le présenter à l’entreprise peut être un atout de taille.
    • Mettre en avant ses compétences et centres d’intérêt : son ou ses diplômes, sa spécialité, ses passions, les langues étrangères que l’on maîtrise, ses expériences à l’étranger. Prouve que tu es LE bon candidat.

    Les droits du volontaire

    Il faut savoir que les droits du volontaire sont quasiment les mêmes que ceux de l’expatrié. Avant le départ, les frais de voyage sont à la charge de l’entreprise qui a acceptée d’embaucher le candidat. Sur place, tu disposes d’une aide pour financer ton logement.

    La sécurité sociale française est remplacée par une assurance privée, tu es pris en charge pour les frais médicaux et la protection sociale. Durant ta mission, tu cotises pour la retraite mais pas pour l’assurance chômage. En cas de souci, tourne toi vers l’Ambassade de France du pays où tu travailles.

    Véritable tremplin dans la vie professionnelle des jeunes diplômés, le Volontariat International en Entreprise gagne chaque année en popularité. Trouver un volontariat est assez facile, il suffit de cibler les bonnes entreprises et les bons secteurs et le tour est joué ! Prêt à faire tes valises ?