Vivre une expérience unique grâce à un PVT au Canada


    Qui n’a jamais rêvé d’effectuer son stage au Canada ? Car oui pour un étudiant, plus il progresse au sein de son cursus scolaire et plus le monde du travail se rapproche de lui. Lorsqu’il sera prêt à entrer dans le monde professionnel, il faudra qu’il sache quel métier il veut exercer. C’est pourquoi un stage en entreprise ne pourra lui être que profitable. L’Angleterre, l’Allemagne ou encore l’Asie font partie des destinations de stage les plus demandées mais le Canada tient une place prépondérante dans ce classement. Or il faut savoir que pour effectuer un stage au Canada il faudra faire des démarches administratives. Beaucoup se demandent si un PVT au Canada permet d’y effectuer un stage, nous allons ainsi répondre à cette question dans un premier temps puis après vous expliquer plus en détails ce qu’est un PVT.

    A qui s’adresse le PVT au Canada ?

    Pour travailler au Canada même en stage, vous serez dans l’obligation d’avoir un permis de travail, cela semble logique jusqu’ici. Là où cela se complique, c’est que les canadiens ont fait une distinction entre les stages et les jobs. Ainsi il existe un permis de travail appelé “Stage Coop International” qui s’adresse uniquement aux étudiants Français, Suisses et Espagnols âgés de 18 à 35 ans qui ont trouvé un stage conforme aux exigences de leur programme d’études, au Canada. Ce permis de travail est assez simple à obtenir une fois que vous avez trouvé votre stage cependant avec ce type de permis de travail, il se peut que votre stage soit très peu (voire pas) rémunéré.

    Ainsi beaucoup de jeunes étudiants souhaitent en priorité acquérir un PVT, qui est peut-être plus compliqué à avoir, mais qui leur permet d’être sûr d’avoir une rémunération pour leur permettre de vivre plus sereinement. Nous allons donc vous expliquer plus en détails comment il est possible d’obtenir un PVT pour se rendre au pays des caribous.

    Comment faire pour effectuer un PVT au Canada ?

    Le PVT ou “Permis Vacances Travail” ou en anglais “Working Holiday Visa” (WHV), est un permis de séjour permettant aux voyageurs d’occuper un emploi (et parfois étudier) dans le pays de délivrance de visa. Pour de nombreux jeunes titulaires de ce PVT, cela leur permet d’effectuer une expérience de vie dans un pays étranger tout en évitant les frais coûteux habituels pour trouver des sponsors à l’avance, mais aussi pour ne pas effectuer des programmes d’échanges universitaires qui peuvent être trop coûteux.

    Faire un PVT au Canada pourra être pour vous un moyen comme un autre de se rendre au Canada afin d’acquérir une expérience professionnelle ainsi que d’améliorer son anglais.

    Quota limité et changement de système

    Nous savons que depuis 2014 obtenir ce fameux PVT est sûrement un peu plus difficile qu’auparavant notamment à cause de l’inscription sur Internet. De plus, beaucoup d’étudiants se concurrencent pour pouvoir partir, ainsi le quota étant à peu près limité à 6000 places par an, l’offre reste bien évidemment faible face à la demande.

    Concernant le gros changement pour cette nouvelle année, c’est bien évidemment le tirage au sort. Avant il faut savoir qu’il fallait se dépêcher dès l’ouverture des inscriptions car la logique était la suivante : premier inscrit, premier servi. Dorénavant cela relève plus de la chance qu’autre chose.

    Les conditions d’admission

    Le principal avantage lorsque vous ferez votre demande de « Working Holiday Visa », c’est qu’il n’y a pas réellement de condition d’admission comme le fait d’avoir obtenu un diplôme, de parler la langue du pays etc.

    Par contre il faudra répondre à certains critères comme :

    • être âgé de 18 ans minimum, jusqu’à 35 ans maximum
    • être de nationalité française, et impérativement habiter soit en France métropolitaine, soit dans les DOM (les TOM sont malheureusement exclus) ou à Saint-Pierre et Miquelon.
    • avoir de l’argent de côté pour 2500 dollars canadiens environ, soit un peu plus de 1700€ français ; autant dire qu’il faudra bien te préparer financièrement avant de déposer ton inscription
    • se porter postulant pour la première fois au WHV
    • avoir un passeport en cours de validité

    Les démarches à suivre

    S’agissant d’une inscription il faudra là aussi effectuer des démarches qui devront être faites auprès de l’EIC (Experience Internationale Canada), qui est en charge des formalités pour pouvoir effectuer un PVT au Canada. En vous rendant sur le site de l’EIC vous pourrez dans un premier temps vérifier si vous êtes éligible pour venir au Canada. Pour cela cliquez sur le lien suivant : http://www.cic.gc.ca/ctc-vac/veniraucanada.asp

    N’étant pas obligatoire, cette démarche est cependant conseillée car elle vous permettra de gagner du temps, et de voir directement si vous pouvez effectuer un PVT au Canada.

    Une fois que vous savez si oui ou non vous pouvez vous rendre au Canada, il faudra que vous vous créiez un compte sur le site appelé “compte MonCIC”. Ceci étant une nouvelle procédure depuis le 1er décembre 2015. Une fois que vous aurez complété les renseignements que l’on vous demande vous concernant, vous devrez attendre une réponse de l’EIC qui vous notifiera si vous êtes sélectionné ou non.

    Si vous recevez une réponse positive de l’EIC, vous recevrez une invitation qui vous permettra de demander enfin votre PVT pour vous rendre au Canada. Prenez garde, vous n’avez que 10 jours pour accepter cette invitation. Une fois qu’elle est acceptée, vous n’aurez que 20 jours pour effectuer votre demande de PVT.

    Afin d’obtenir votre WHV vous devrez fournir les pièces justificatives demandées ainsi que le paiement de frais. Ces derniers s’élèvent à 150 dollars canadiens soit environ 103.71€. De plus vous devrez aussi régler les frais de visa s’élevant à 100 dollars canadien soit environ 68.73€.

    Si vous recevez une réponse négative de la part de l’EIC pour votre PVT au Canada, ne paniquez surtout pas. Sachez que vous pourrez très bien partir autre part à l’étranger afin de gagner en expérience professionnelle. D’ailleurs pourquoi ne pas tenter d’effectuer un job d’été aux USA ?