Trouver un logement à l’étranger : mode d’emploi


Trouver une entreprise d’accueil n’est pas la seule démarche à effectuer pour décrocher un stage à l’étranger. Avant de pouvoir prendre l’avion, l’étape cruciale est la recherche du logement sur place. Des aides existent pour signer un bail sans difficulté.

Mais… pourquoi faire un stage à l’étranger ?

La question a le mérite d’exister. Pourquoi faire un stage à l’étranger alors qu’il existe des offres en France ? C’est, avant tout, un pari pour l’avenir. Le stage hors des frontières permet d’améliorer son employabilité dès la fin des études. En effet, un chef d’entreprise sera tout aussi attentif à une expérience à l’étranger qu’à une liste incommensurable de diplômes. Le stage à l’étranger apporte également des bienfaits personnels non-mesurables comme l’ouverture d’esprit, la curiosité et le goût de l’aventure. C’est aussi un moyen professionnel, parfois rémunéré, de découvrir une nouvelle culture et de nouveaux horizons. Avant peut-être de goûter à la vie des expatriés ?

De nombreux cursus universitaires requièrent de partir en stage à l’étranger pour effectuer du développement commercial à Londres (Royaume-Uni), du marketing de luxe à New-York (Etats-Unis) ou de la comptabilité à Barcelone (Espagne). Trouver un studio fait parfois figure d’épreuve de combat dans les villes françaises. Tu l’as peut-être déjà expérimenté lorsqu’après ton baccalauréat, tu as dû t’employer pour dénicher ton premier logement étudiant. A l’étranger, la barrière de la langue et l’éloignement géographique peuvent freiner les démarches.

Déterminer un budget logement

Avant de savoir quel type d’hébergement serait bénéfique pour faire un stage à l’étranger, il est nécessaire de savoir quel budget le stagiaire peut allouer. C’est important, surtout dans le cadre d’un stage qui ne serait pas rémunéré. Le logement que tu trouveras sur place ne doit pas être immense. A moins que tu possèdes des moyens illimités, évidemment. Tu éviteras donc les quatre pièces avec vue panoramique sur les buildings de Manhattan ou sur la plage de Copacabana. Il est préférable de garder de l’argent de côté pour faire profiter un maximum de son séjour avec les restaurants traditionnels, les activités sportives, les musées locaux ou encore les expéditions sauvages.

Des différences de prix existent entre les différentes villes et ses secteurs. Le site Internet Le Coût de l’Expat est une précieuse aide pour estimer les dépenses envisagées sur place. Par exemple, pour un studio en dehors du centre-ville à Paris, il faut compter 783,82 euros par mois. Dans la même configuration, un loyer mensuel à New-York sera de 1392,90 euros. Ce qui est 77,70% plus cher. A l’inverse, un petit logement à Barcelone coûte en moyenne 550,34 euros par mois (-29,80% moins cher qu’à Paris intra-muros).

Ne pas attendre le début du stage

Pour prendre l’avion l’esprit léger, il est crucial de ne pas attendre le dernier moment pour faire ses recherches. Ce n’est pas toujours simple, encore plus quand il s’agit d’un logement à des centaines voire à des milliers de kilomètres de chez toi, mais l’idéal est d’avoir trouvé avant de décoller. Comme pour réserver son vol et obtenir son visa, s’y prendre plusieurs mois en avance est un prérequis. L’idéal est d’avoir obtenu plusieurs rendez-vous à caler sur une journée ou deux pour visiter les hébergements en compagnie des propriétaires. A l’étranger, les locations peuvent différer du système français. Les offres d’annonces utilisent même un langage dissemblable. Dans la province du Québec, et globalement au Canada, il n’est pas rare d’entendre parler de condominium – ou condo – pour évoquer un immeuble dont les appartements sont gérés par différents copropriétaires. Dans le pays à la feuille d’érable, les termes T1, T2 ou T3 ne sont pas employés comme c’est le cas dans l’Hexagone. Sur les petites annonces, tu trouveras le terme 1 ½ qui signifie que le logement comporte une seule pièce en plus de la salle de bain toujours spécifiée par le ½.

L’entreprise d’accueil peut également aiguiller le futur stagiaire dans sa quête d’hébergement. Certaines offres de stage comportent même des avantages sur le logement comme la prise en charge totale ou partielle de ce dernier. Si ce n’est pas le cas, l’entreprise a l’habitude de faire appel à des stagiaires à l’internationale. Le tuteur de stage peut donc détenir des astuces voire même des pistes pour faciliter les recherches.

Privilégier le partage d’un logement

Pour optimiser au mieux son expatriation temporaire à l’étranger, il est hautement recommandé de privilégier la colocation, appelé le flatsharing outre-Manche et outre-Atlantique. Le partage d’un appartement présente plusieurs avantages. Le premier est de nature économique. Il s’agit de profiter d’un logement plus grand à moindre coût en partageant le loyer et les dépenses annexes comme les charges (eau, électricité, gaz) ou la nourriture. L’autre atout réside dans la convivialité que peut apporter la colocation. En effet, arriver seul dans un pays à l’étranger peut causer ce que l’on appelle le “mal du pays”. Se retrouver à plusieurs dans une ambiance multiculturelle peut devenir le parfait remède pour vivre un séjour d’exception. Les colocataires côtoyés quotidiennement peuvent ainsi devenir de bonnes compagnies pour visiter et prendre du plaisir durant son voyage. L’appartement à partager, l’auberge de jeunesse ou encore la famille d’accueil sont les meilleurs rapports immersion/prix possibles. Les nuits d’hôtels coûteuses sont à éviter au maximum, sauf dans le cadre d’un logement d’appoint pour un temps limité. De même que les grands logements dans les quartiers huppés de la destination de ton stage à l’étranger.

Des aides pour New-York et pour l’Europe

L’organisme spécialisé en stage à l’étranger, MyInternshipAbroad, propose une aide pour faciliter la quête d’un logement à New-York. Des dizaines de stage sont à pourvoir chaque année dans la Big Apple qui demeure une destination privilégiée pour effectuer un stage à l’étranger. Pour trouver le logement adéquat, les conseillers de MyInternshipAbroad proposent un service de démarches sécurisées à l’aide d’un interlocuteur français pour répondre aux différentes questions. Pour être éligible à ce programme, il suffit de remplir un questionnaire de pré-affectation. Quelques critères sont à prendre en compte :

  • Les dates de début et de fin de stage ;
  • Le type d’hébergement recherché ;
  • Le quartier dans lequel souhaite vivre le stagiaire parmi une dizaine de boroughs dont le Queens, Brooklyn ou encore Greenwich Village (à choisir en fonction du lieu de stage).
  • Le budget mensuel minimum et maximum (en Dollars US) ;
  • La possibilité de partager son logement avec le profil de colocataire désiré.

Le conseiller sera également soucieux de connaître la personnalité du stagiaire pour savoir s’il s’agit d’un lève-tôt ou d’un lève-tard, connaître les loisirs qu’il pratique ou identifier s’il est plutôt studieux ou de préférence sociable. Des agents présents à New-York sont chargés de vérifier et trouver le meilleur logement en fonction des différents critères établis par le futur stagiaire. Des bons plans sont également disponibles pour les destinations européennes telles que Londres, Berlin, Rome, Madrid ou Porto.

Laisser un commentaire