Seule en stage à l’étranger : comment éviter le harcèlement de rue ?


    Le harcèlement de rue, une problématique trop présente à l’étranger

    Cet article s’adresse à celles qui s’apprêtent à partir à l’étranger ou qui souhaitent partir mais qui hésitent car elles ont peur d’être en insécurité à cause du harcèlement de rue. Bien que ce harcèlement peut aussi s’avérer une réalité chez soi, il est plus facile d’avoir la réaction appropriée dans sa propre culture. En outre, la victime sait généralement ou s’adresser pour obtenir de l’aide ce qui n’est pas toujours le cas à l’étranger.

    Conseils pour éviter le harcèlement de rue pour une femme en stage à l’étranger

    Lorsque l’on arrive à l’étranger, on ne sait pas forcément si un comportement est acceptable ou non. On peut penser au premier abord que la culture est différente et qu’il faut s’adapter. Toutefois certaines attitudes sont universellement intolérables. Si l’on accepte ces dérives, il est facile de rapidement ressentir une sensation de mal-être et d’isolement qui pourra gâcher la formidable expérience du stage à l’étranger !

    Il faut savoir qu’à l’étranger et en particulier dans des pays qui ont une culture radicalement différentes de la nôtre, certains hommes vont profiter du fait que tu sois une étrangère pour avoir un comportement inapproprié. En effet, ils vont croire que les règles de leur société ne s’appliquent pas forcément en dehors de leurs frontières.

    Bien que les conseils qui vont suivre seront principalement destinés aux femmes, certains d’entre eux pourront également s’avérer utile à la gente masculine si jamais pour une raison ou pour une autre, un homme en stage à l’étranger se retrouve dans une situation menaçante.

    Tout d’abord, même si tu pars seule à l’étranger, il faudra faire ton maximum pour te faire des ami(e)s sur-place. Cela te permettra non seulement de te familiariser plus vite avec la culture locale, de te sentir mieux mais également de pouvoir faire des sorties en étant accompagnée. Voyager avec un(e) ami(e) diminue largement la probabilité d’être harcelée. Les harceleurs potentiels seront en effet beaucoup moins susceptibles de te déranger si tu voyages avec un(e) ami(e) et c’est d’autant plus le cas si tu te déplaces en compagnie d’un homme. En Inde par exemple, il est considéré comme anormal qu’une femme se déplace seule dans la rue.

    Si tu es harcelée dans un lieu public, la manière la moins conflictuelle de gérer la situation est de chercher la compagnie d’une femme plus âgée. Par exemple, si tu es dans un transport en commun et que quelqu’un commence à te harceler, assis-toi à côté d’une femme plus âgée. Le harceleur n’osera plus te déranger et la personne plus âgée saura généralement prendre ta défense si jamais il continue. Il faut en outre que tu gardes à l’esprit que dans beaucoup de cultures, une matriarche impose le respect des autres.

    Comme tu le sais sans doute, le premier signal d’un harceleur sera auditif. Il essaiera d’attirer ton attention. Une bonne façon d’éviter cela est de porter des écouteurs. Si le harceleur s’aperçoit qu’il n’a pas ton attention, il n’ira généralement pas plus loin. Tu n’es pas obligée de mettre de la musique dans tes écouteurs mais le simple fait de l’avoir dans tes oreilles dissuadera la plupart des harceleurs.

    Si tu te retrouves dans la désagréable situation où ton harceleur te suit, la meilleure solution est de chercher un lieu dans lequel trouver refuge. Tu pourras ainsi te rendre dans une église, dans un magasin ou encore dans le hall d’un hôtel ! Il est peu probable que le harceleur te suive dans ces lieux.

     

    Nous souhaitons que tu n’aies pas à utiliser ces conseils mais retiens-les néanmoins au cas où ! Il ne faut pas que ces appréhensions t’empêchent de partir en stage à l’étranger car, au delà de ça, c’est une expérience extraordinaire que tu ne regretteras pas ! Pour preuve, tu peux lire toutes ces success stories de personnes qui sont parties avant toi !

    Si tu n’as pas encore trouvé, viens consulter toutes nos offres de stages à l’international !

    Par Olivier Mitry