Top 10 des petites galères des étudiants à l’étranger


    Partir à l’étranger : faire face à l’imprévu

    On le sait, de plus en plus d’étudiants souhaitent partir à l’étranger. Car oui d’une part, une expérience à l’étranger vous permettra de rencontrer de nouvelles personnes, mais aussi de gagner en maturité. Au delà du fait qu’une expérience à l’étranger vous fera découvrir de nouveaux horizons, cela vous permettra  également d’en savoir plus sur vous-même. Vous vivrez des moments inoubliables qui forgeront votre caractère et vous permettront de vous armer pour l’avenir. Si certains ont peur de se retrouver seuls à l’étranger, sachez que vous n’êtes pas les premiers et surement pas les derniers.

    Mais beaucoup trop d’étudiants n’osent pas franchir le cap de l’expatriation par crainte de l’inconnu, de l’éloignement… Il est vrai que vous vous retrouverez très surement dans des situations auxquelles vous n’avez jamais fait face par le passé. Mais c’est justement en sortant de votre zone de confort que vous allez grandir, mûrir et vous épanouir. Partir à l’étranger restera une expérience hors normes quoi qu’il arrive.

    Pour les plus anxieux d’entre vous, nous vous avons concocté un top 10 des petites galères que vous rencontrerez probablement à l’étranger. En étant averti vous serez peut être plus détendu lorsque cela vous arrivera ! ;)

    #1 Le chargeur de téléphone

    Enfin arrivé dans le pays de votre choix, vous vous apprêtez à prendre votre premier selfie pour dire que vous êtes bien arrivé et là… horreur ! Message d’alerte sur votre téléphone “Batterie faible”… Heureusement vous voyez une prise et vous allez pour brancher votre téléphone et là encore une mauvaise surprise : la prise de votre chargeur n’est pas compatible avec celle de votre pays d’accueil. Heureusement pour vous dans l’aéroport il y a souvent des magasins qui vendent des adaptateurs, le seul hic sera sûrement le coût !

    Pour vérifier la compatibilité de vos prises avant de vous rendre à votre destination rendez-vous sur World Standards.

    #2 Le niveau d’anglais

    Vous êtes dans votre pays d’accueil, vous décidez d’aller faire votre touriste pour une après-midi et là vous vous perdez. Pas d’accès internet, il vous faudra avoir recours à votre anglais de 5ème pour demander votre chemin à quelqu’un. Et c’est là que tout se complique, car ici il faudra vous débrouiller seul.

    Nous vous avons donc choisi trois phrases en anglais qui peuvent vous sauver à l’étranger, on n’est jamais trop prudent :

    I’m lost, can you help me ? Do you speak French ? Does anybody here speak french ? (Je suis perdu(e), pourriez-vous m’aider ? Parlez-vus français ? Quelqu’un ici parle français ?)

    Where can I find the nearest bank / post office / shops / Internet point ? (Où se trouve la banque / la poste / les boutiques / la borne Internet la plus proche ?)

    Could we have some water / ice / bread / the check, please ? (On pourrait avoir de l’eau / des glaçons / du pain / l’addition, s’il vous plaît ?)

    #3 Les problèmes d’argent

    Vous aviez envie de vous acheter cette belle paire de sneakers à moitié prix dû au taux de change, sauf que vous ne pouvez plus retirer ou payer avec votre carte. Ou encore pire, vous vous promeniez tranquillement dans la rue et là quelqu’un vous vole votre portefeuille ? Difficile de continuer son expérience à l’étranger sans argent en poche n’est-ce pas ?

    Le plus simple sera de demander à vos parents de vous dépanner en envoyant de l’argent via des sociétés spécialisées comme Western Union ou Moneygram (présentes dans 200 pays). Le transfert ne prend que quelques minutes. Sur place, il suffit de présenter une pièce d’identité pour récupérer les billets. En cas de perte ou de vol de ses papiers, la réponse à une question secrète permet de prouver son identité. Ce service a un coût plutôt élevé (entre 20 et 30 € pour un transfert de 400 € selon le pays), mais rien comparé au service rendu.

    #4 Le vol

    C’est vendredi, après une semaine bien remplie, vous décidez de décompresser un peu et d’aller dans le bar que vous aviez remarqué en rentrant tard du travail un soir. Vous êtes plutôt serein car vous vous êtes fait des amis sur place, des amis qui vivent ici du coup vous baissez un peu votre garde. Mais sans que vous vous en rendiez compte des pickpockets en profitent pour repartir avec votre portable en courant.

    Inutile de paniquer. Première étape, demander à votre opérateur de suspendre votre ligne et de bloquer la carte SIM (avant de partir, notez votre code IMEI en tapant *#06# sur votre portable). Deuxième étape, obtenez une déclaration de vol auprès des autorités locales. À votre retour, ce document vous permettra d’obtenir une solution proposée par l’opérateur.

    #5 Conduire à l’étranger

    Ça y est, vous vous êtes vu accorder des vacances ou alors vous voulez vous faire un petit week-end pour visiter un peu les environs. Vous allez donc pour louer une voiture et manque de chance le loueur de voiture vous indique que c’est impossible.. la cause : vous avez oublié de faire une demande de permis international !

    Car si vous pouvez vous évader sans souci à travers l’Europe avec votre permis national en cours de validité, en dehors des frontières de l’Union européenne, c’est une autre affaire. Le permis international est alors vivement conseillé, le mieux étant de vous renseigner auprès du consulat du pays concerné afin de savoir si le permis international y est obligatoire ou non (en savoir plus sur le site Service public). Gratuit et valide trois ans, ce permis est une traduction de votre permis français et vous évitera bien des désagréments.

    #6 La santé à l’étranger

    Vous étiez sorti(e) un peu moins couvert(e) que d’habitude, vous vous êtes dit, que cela devrait aller pour une fois. Et oui, faire un stage à Montréal et bien différent d’un stage à Aix en Provence ! Vous êtes sorti sans votre manteau et la, bim vous tombez malade ! Alors, déjà qu’en France ce n’est pas vraiment le top, autant dire qu’à l’étranger c’est encore plus désagréable. Le nez qui coule, le mal de tête, des courbatures, vous avez attrapé un bon virus et il va falloir aller prendre rendez-vous chez le docteur. Deux cas de figures s’offrent à vous :

    • Vous êtes dans un pays de l’UE :  n’oubliez pas de demander la carte européenne d’assurance-maladie (CEAM) au moins 15 jours avant votre départ (ameli.fr). Valable un an, cette carte nominative et individuelle permet d’attester de vos droits médicaux à l’étranger. Selon le pays, vous n’aurez pas à avancer les frais médicaux. Dans le cas contraire, les soins seront remboursés à votre retour dans les mêmes conditions qu’en France.
    • Vous êtes dans un pays hors-UE : Si vous comptez partir à l’autre bout du monde, mieux vaut être bien couvert. La Sécurité Sociale ne rembourse qu’une petite partie des frais médicaux à l’étranger. Seulement voilà, la facture risque de vous faire tourner de l’œil ! Un rapatriement depuis Malaga en Espagne, c’est 28 000 € selon le Syndicat national des sociétés d’assistance. Une plaie du genou en Grèce, 3 523 € et un passage aux urgences à Miami vous en coûtera 53 000 € ! Alors comment s’assurer ? Première astuce : la carte bancaire de vos parents. Seule condition, elle doit être haut de gamme (Gold MasterCard, Visa Premier…). Son assurance voyage incluse couvre les enfants de moins de 25 ans fiscalement à charge. Il suffit de payer une partie du voyage avec pour en bénéficier (avion, hébergement…). Pas de carte dorée ? Dans ce cas là, mieux vaut être prévoyant ! Puisque personne n’est à l’abri de petits problèmes une fois sur place. Il est donc fortement conseillé de souscrire une assurance voyage spécifique.

    #7 Le forfait téléphonique

    Vous avez votre meilleur(e) ami(e) au téléphone, cela fait bien 10 minutes que vous êtes en ligne, vous lui racontez ce que vous vivez ici à l’étranger. Et là sans aucune raison votre meilleur(e) ami(e) vous demande “Mais… au fait… je paye ?”, et là c’est le drame. 1 mois après vos parents vous envoient la facture de téléphone… Bref. Vous voyez ce que l’on veut dire, et c’est à ce moment précis que vous vous dites “Mais pourquoi je n’ai pas demandé à mon opérateur quelles étaient les options pour l’international”… Trop tard !

    La prochaine fois, demandez à votre opérateur téléphonique si votre pays de destination est bien couvert et activez l’option “international”. Sachez que pour les USA, vous pouvez commander la carte SIM spéciale Visa J-1. Et si vous ne vous voulez rien débourser, une solution pratique existe. Vous pouvez utiliser des logiciels de messagerie instantanée ou de téléphonie gratuits (Skype, Messenger…) que vous installerez avant de partir. Seule contrainte : avoir une connexion internet et un débit relativement élevé. Une dernière précaution : prenez en compte le décalage horaire pour éviter de réveiller vos proches en pleine nuit !

    #8 Le logement

    Vous vous dites que vous trouverez un logement sur place, que bien entendu vous n’avez pas besoin de prospecter avant. C’est vrai, vous êtes dans une grande ville il y aura sûrement beaucoup de personnes qui proposent des appartements. Mais une fois sur place, vous vous rendrez compte qu’au final, ce n’est pas si facile et qu’il vaut mieux s’y prendre un peu avant pour éviter de se retrouver à la rue.

    Ainsi, que vous partiez en stage à l’étranger ou en année Erasmus, profitez au maximum de votre expérience en choisissant un logement qui sera le plus adapté à votre budget et à votre de train de vie ! Et surtout prospectez avant un minimum !

    • La colocation à l’étranger : vous pourrez ainsi améliorer votre niveau de langue et vous intégrer rapidement dans un pays étranger ! Il s’agit sans aucun doute du logement étudiant idéal si vous souhaitez vivre en immersion totale avec des locaux ou internationaux.
    • La résidence universitaire : si vous partez en Erasmus et que vous appréciez vivre à moins d’un quart d’heure à pieds de votre université (pratique le matin!), l’idéal pour vous est sans doute de vous installer directement sur le campus. N’oubliez pas de vous tourner vers votre université partenaire qui pourra vous aider dans votre recherche de logement
    • Vivre chez l’habitant

    #9 Le distributeur

    Vous vous baladez dans les rues de votre nouvelle ville puis une envie soudaine d’acheter quelques fruits chez un petit primeur vous prend. Le problème c’est qu’il ne prend pas la carte… Et comme vous ne l’aviez pas vu venir et bien vous vous dites “Je vais aller retirer au distributeur de billets le plus proche”. Manque de chance vous n’aviez pas vu venir non plus que vous n’aviez pas pris un modèle de carte international. En plus du fait de payer des taxes sur chaque transaction, vous risquez même de voir votre carte bloquée complètement.

    Le mieux est donc de s’assurer avant votre départ auprès de votre banque que votre carte de crédit soit un modèle international accepté par les banques de la destination choisie et renseignez-vous des tarifs pratiqués par votre banque pour les retraits effectués à l’étranger. Aussi, évitez de retirer de petites sommes régulièrement. Privilégiez plutôt les retraits malins qui couvriront plusieurs jours de dépenses.

    #10 L’alimentation

    Vous étiez prêt à remplir votre bouteille avec de l’eau du robinet et là au grand malheur, que voyez vous ? L’eau est marron ! Si en France, l’eau potable coule à flot, dans certains pays, la qualité de l’eau peut être parfois douteuse. Dans ce cas, ayez les bons réflexes, consommez de l’eau en bouteille et vérifiez que le bouchon de celle-ci soit scellé. Emportez des pastilles effervescentes pour rendre l’eau potable, disponibles en pharmacie.

    Coté nourriture, ne consommez pas d’aliments crus (crudités ou viandes crues) afin d’éviter les désordres digestifs.

    Pour ceux qui sont déjà partis à l’étranger quelles petites galères avez-vous rencontré ? :)

    assurance-voyage-etudiantIl existera toujours des petites galères lors d’une expatriation, surtout lorsque l’on est étudiant à l’étranger. Mais ce sont souvent ces petites galères qui font que l’expérience est inoubliable ! Pour les plus inquiets, n’hésitez pas à souscrire à une assurance voyage. Pour information, nous sommes partenaire de Chapka Assurances ce qui permet de vous proposer 5% de remise sur les contrats d’assurance pour les stages et études à l’étranger.